Skip links

Diversité et Inclusion dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle

L’industrie du cinéma – comme beaucoup d’autres industries – a été fortement bouleversée en 2020/2021 : fermeture des salles, report de sortie des films, diffusion exclusive sur les plateformes… 

En mars dernier, un nouveau tournant a frappé Hollywood à la suite d’un rapport du Los Angeles Times indiquant que la Hollywood Foreign Press Association (HFPA) ne comptait aucun journaliste noir parmi ses 87 membres. Pour rappel, la HFPA est une organisation regroupant des journalistes spécialisés dans le cinéma américain qui votent et décident chaque année des nominations et attributions des Golden Globes, récompensant les productions de l’année précédente. Cette année, lors de l’annonce des nominations, la HFPA a été vivement critiquée. Plusieurs professionnels et spectateurs regrettaient notamment l’absence de films et séries pourtant à succès tels que « I may Destroy You » ou encore « Da 5 bloods », tandis que la série « Emily in Paris » était nommée dans 2 catégories. L’association a donc proposé de nouvelles réformes visant à plus de diversité, propositions jugées insuffisantes par le magazine Time’s UP qui a lancé #TimesUpGlobes sur les réseaux sociaux. Ces révélations fracassantes ont poussé Tom Cruise à rendre ses 3 prix à l’association, Netflix et Amazon Studios ont annoncé qu’ils ne travailleraient plus avec la HFPA tant qu’il n’y aurait pas de changement radical et NBC a fait savoir qu’elle ne diffusera pas la cérémonie des Golden Globes en 2022.

Photo finish: Golden Globe memories | Tom cruise, Golden globe winners,  Michelle pfeiffer

Le bilan est lourd et s’inscrit dans une évolution plus que positive pour plus de diversité dans l’industrie du cinéma. 

Mais qu’en est-il vraiment de la diversité et de l’inclusion au cinéma en général ? Quels sont les progrès opérés ces dernières années et quelles sont les prochaines étapes pour encore plus de diversité au cinéma ? 

Où en est la diversité sur nos écrans ? 🎬

Malgré ce scandale des Golden Globes, Hollywood semble avoir fait des progrès concernant la diversité en 2020 avec une présence accrue à l’écran de femmes et d’acteurs et actrices issus de minorités ethniques, atteignant ainsi un niveau proportionnel à la population américaine. 

Dans les 186 films ayant réalisé les plus grosses recettes au box-office, 40% des rôles principaux étaient tenus par des acteurs non blancs selon une étude de l’Université de Californie à Los Angeles. Ce chiffre est en hausse de 10,5% sur les 10 dernières années. L’étude révèle toutefois que les films dont les premiers rôles sont confiés à des femmes ou à des personnes issues des minorités sont principalement des films à petit budget.

Le manque de diversité à Hollywood est donc un problème persistant. En 2020, Joaquin Phoenix, lauréat du BAFTA du meilleur acteur en 2020 a tenu un discours très engagé sur la représentation et la diversité dans le cinéma en soulignant les problèmes d’inclusion dans cette industrie. 

Du côté des plateformes de VOD (Video On Demand), les lignes semblent bouger plus rapidement. Suite au mouvement Black Lives Matters, la plateforme HBO Max a par exemple retiré temporairement de sa plateforme le film « Autant en emporte le vent », jugé raciste. 

Le film "Autant en emporte le vent", jugé raciste, retiré de la plateforme  HBO Max | Corse Matin

Une enquête de Nielsen en 2019 aux Etats-Unis révélait que parmi les programmes populaires des plateformes et des chaînes de télévision du câble, 92% comprenaient une « certaine diversité ». Toutefois, selon les supports, de sérieuses différences sont à relever. Les Hispaniques seraient par exemple sous-représentés partout tandis que la représentation des femmes et des personnes de couleur serait bien meilleure sur les plateformes de streaming, même s’ils sont souvent cantonnés à des rôles secondaires. 

De son côté, Netflix a fait de la diversité une de ses valeurs. Les castings pour les premiers rôles sont ainsi équilibrés entre hommes et femmes dans tous les contenus produits par la plateforme. La représentation d’acteurs et d’actrices noires s’améliore ; en revanche, certaines minorités sont encore peu mises en avant. La plateforme a même créé en mars dernier un nouveau fonds doté de 100 millions de dollars destiné à améliorer la représentation de toutes les communautés. L’entreprise va par ailleurs investir, au cours des cinq prochaines années, dans plusieurs organisations qui œuvrent dans pour la diversité, et dans l’amélioration des bonnes pratiques en matière de création et d’embauche. 

En France, l’année dernière, une tribune #BlackCesars signée par de nombreux artistes français a dénonçé le manque de diversité dans le cinéma français. Elle dénonçait “l’invisibilité des acteurs, réalisateurs et producteurs” issus des départements d’outre-mer et de l’immigration africaine et asiatique dans le cinéma français. La tribune regrette que la France “maintienne ses acteurs de couleur dans des rôles insignifiants qui ne justifieront jamais une quelconque nomination aux César”. 

https://images.rtl.fr/~r/880v587/rtl/www/1167619-16-actrices-noires-ont-monte-les-marches-du-festival-de-cannes-2018-pour-denoncer-le-racisme-du-cinema.jpg

Et la représentation des femmes dans ce secteur ? 🧐

La part des actrices travaillant à Hollywood atteint presque la parité en 2020 avec 48% des rôles principaux. 

En revanche, selon une étude du Center for the Study of Women in Television and Film de l’Université d’Etat de San Diego :

  •  Les productions dirigées par des réalisatrices ne représentent que 16% des films les plus rentables en 2020 à Hollywood. Pourtant on constate une évolution dans le bon sens puisqu’en 2019, les réalisatrices n’étaient que 12% derrière la caméra des films les plus rentables et seulement 4% en 2018. 
  • On ne compte que 28% de productrices, 18% de monteuses, 12% de scénaristes et 3% de directrices de la photographie. Des chiffres en baisse par rapport à l’année précédente… 

Pour mettre en lumière ce manque de parité, le réalisateur américain Tom Donahue a réalisé le documentaire « Tout peut changer ». Sur 3 ans, il a réuni des centaines de témoignages de personnalités du milieu du cinéma, des études factuelles et des données chiffrées sur les inégalités qui frappent encore aujourd’hui l’industrie cinématographique et audiovisuelle à Hollywood. 

TOUT PEUT CHANGER - Et si les femmes comptaient à Hollywood ? -  BANDE-ANNONCE - YouTube

En France, le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) a mis en place une série de mesures fortes, dont la bonification du fonds de soutien pour les films dont les équipes respectent la parité. 

Il s’agit d’un bonus de 15% qui sert à encourager le recrutement des femmes chefs de poste. Selon le bilan publié lors des 2ème Assises pour la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel en novembre 2019, 22% des films d’initiative française ont bénéficié de ce bonus, contre 15% en 2018. 

Pourtant, les chiffres concernant le métier de la réalisation montrent un repli constant depuis 2016. En effet, on répertorie en 2019 78 films réalisés par des femmes alors qu’il y en avait 84 en 2018 et 86 en 2017. 

Le chemin est encore long, donc…

Du côté des plateformes, Netflix est là aussi plutôt bon élève en termes de parité. Ce dernier a notamment annoncé un soutien au collectif 50/50, qui promeut l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma. Cette association française a été créée en 2018, après les révélations de l’affaire Weinstein, à l’origine du mouvement #Metoo. Le collectif réunit à ce jour plus de 1500 professionnels de la création et de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel français, et s’engage solidairement dans une réflexion et un combat pour l’égalité, la parité et la diversité dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle. 

Il est donc nécessaire de continuer cette progression déjà entamée en faveur de la diversité et de la parité dans l’industrie cinématographique au global. Si les plateformes semblent avoir pris un peu d’avance, l’objectif est encore loin d’être atteint. 

bande annonce du documentaire tout peut changer

Notre article sur les rôles modèles