Skip to content

L’intersectionnalité, c’est quoi?

{DÉCRYPTAGE} Certain.e.s ont peut-être déjà entendu parler d’intersectionnalité. Beaucoup ne savent pas précisément de quoi il s’agit. Nous vous proposons ce court décryptage.

Définition de l’intersectionnalité :

L’intersectionnalité est le terme privilégié pour désigner la complexe articulation des identités et des inégalités multiples.

Cette notion met en avant la difficulté de croiser les différentes luttes. Il s’agit des luttes de classe, de race, de genre, d’âge, d’ethnicité, de handicap, d’orientation sexuelle etc…

Malheureusement, ces luttes sont souvent mises en opposition, alors qu’elles ont pour but premier d’atteindre une société plus juste. 

Naissance du terme d’intersectionnalité :

Le terme d’”intersectionnalité” fut mis en lumière en 1991, lors d’un procès opposant Clarence Thomas à Anita Hill.

A l’époque, Clarence Thomas est une star du barreau aux US et le deuxième noir à être nominé pour intégrer la Cour Suprême. Anita Hill travaillait dans son équipe et l’accuse d’agression sexuelle. Clarence Thomas dénonce un « lynchage raciste » tandis qu’Anita Hill subit un véritable lynchage médiatique.

La juriste Kimberlé Crenshaw met alors en évidence le fait que deux mouvements se déchirent. D’un côté, il y a les mouvements féministes qui défendent Anita Hill. De l’autre, les mouvements anti-racistes qui défendent Clarence Thomas. Ainsi, Kimberlé Crenshaw nomme ce mécanisme d’opposition et cette nécessité d’allier ces deux luttes pour pouvoir en défendre une nouvelle : « intersectionnalité ».

C’est ainsi que Crenshaw met en évidence les angles morts dans la prise en compte juridique des femmes issues des minorités, en particulier des femmes noires. 

Un peu d’histoire :

En réalité, le sujet n’est pas nouveau à l’époque et n’est pas propre aux US.

En effet, dès 1944 sur le territoire français, Jane Lero, militante communiste, entreprend avec l’appui d’Yvette Guitteaud-Mauvois de créer l’UFM (Union des Femmes de la Martinique). L’UFM est une réponse à l’UFF (Union des Femmes Françaises) qui ne répondait qu’aux besoins spécifiques des femmes blanches de l’époque.

Cette action sera ensuite suivie en 1954 par la création de l’UFS (Union des Femmes du Sénégal) en Afrique Occidentale. L’objectif de l’UFS est de défendre la situation précaire des femmes noires des colonies françaises occidentales.

Pour aller plus loin :

Si le sujet vous intéresse, découvrez le passionnant épisode 83 du podcast « La Poudre ». Lauren Bastide y invite Mame-Fatou Niang, maîtresse de conférence franco-sénégalaise:

https://podcasts.apple.com/fr/podcast/la-poudre/id1172772210

https://soundcloud.com/nouvelles-ecoutes/sets/la-poudre

On vous conseille également le très bon épisode #112 du podcast « Quoi de meuf » sur le même sujet :

https://nouvellesecoutes.fr/podcast/quoi-de-meuf/

Illustration par la talentueuse #StellaBentama.

Découvrez les offres éditoriales BtoB de YES WE ARE :

https://yes-we-are.fr/entreprises/
Les offres BtoB de YES WE ARE : rédaction d’articles SEO, carnets d’inspiration, événements, production vidéo,….
PARTAGER
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin

Vous aimerez aussi...

YES WE ARE dans Récit d'elles

YES WE ARE dans « Récit d’Elles »

La fondatrice et dirigeante de l’agence YES WE ARE, Pascale Hardy-Amargil, était l’invitée d’honneur du podcast d’Agathe Doisy, « Récits d’Elles ». Dans cet épisode, Pascale a

YES WE ARE au salon VivaTech

Jeudi 16 juin, Pascale Hardy-Amargil, fondatrice et dirigeante de l’agence YES WE ARE, a pris la parole lors du salon VivaTech, un grand événement annuel

Abonnez-vous !

Envie de suivre nos aventures ?

Abonnez-vous à notre newsletter afin de découvrir nos événements, nos projets, nos coups de cœur et nos inspirations du moment.